Post-Eire - A la recherche de la cinquième roue du carrosse.
Blog
 moment de vie   grève   soirée   Paris   mon blog   vacances   Le Mouv'   loose   préparation d'expatriation   geek   bus   calendar   souvenirs   séduction   musique   amphi    exs   self control   Médias   optimisme   cadeaux   Irlande   Freebox   Noël   célibat   constitution européenne   Lyon   fin de vie étudiante   bonheur   sexe   rapports humains   scolarité   bush   politique   couple   Blogs Lyonnais   post-synchro   écriture   sida   St Patrick   liberté   influence   photos   humour   paroles   blogosphère   romance de vie   Matrix   voyage   europe   #echoes   tristesse   télévision   travail   The Darkness   interview   monotonie   retour d'expatriation   famille   enseignant   Irak   rupture   Erasmus   Madrid   stage   femmes   mal du pays   dos   passeport   ambition   Prague   rugby   coeur d'expatriation   personnage   nostalgie   cinéma   Île de la réunion   brevets logiciels   fin d'expatriation   amour   langue anglaise   foot   8 décembre   Red Box   futur   Dublin   alcool   parfum   anniversaire 
<< suivants

Lundi 02 Avril

categories A la recherche de la cinquième roue du carrosse. [21h05] A la recherche de la cinquième roue du carrosse.

/images/jonglage.jpgAmour, travail, famille, amitié. Quoi que je fasse je ne peux pas réussir en parallèle sur tous les tableaux à la fois. Dans la grande naïveté qui me caractérise, je pensais pouvoir allier tous ces éléments dans une harmonie parfaite, je m'aperçois à quel point il est difficile de maintenir cette émulsion instable.

Ces quatre valeurs ne sont pourtant pas sur un pied d'égalité dans la mentalité de notre société. En effet, le travail étant la valeur la moins humaine, il est acquis que s'y investir à outrance est très mal perçu par la morale collective. Pourtant comment négliger plus de 8 heures par jour de notre quotidien ? Comment passer à coté de cette source de valorisation financière et humaine ? Mépriser son travail équivaut à mépriser la plus grande partie de ses journées, ce qui devient particulièrement malsain..

Evidemment, il faut parfois s'accrocher à ses valeurs, ravaler ses illusions, et lutter contre la tentation d'établir des relations saines dans ce panier de crabe que constitue l'entreprise. Et pourtant, j'essaye, sans doute avec un masochisme certain, d'extraire le meilleur de ces relations particulières, même si elles se terminent le plus souvent à mes dépends.

Quant à l'amitié, je ne peux concevoir ce que serait ma vie sans cette bouffée d'oxygène qui a participé en grande partie à la construction de mes convictions, de mon caractère et de ma personnalité. Du meilleur de mon adolescence, aux nuits passées à refaire le monde, j'y ai laissé mes plus grands fous rires et élaboré mes plus grands rêves l'espace d'une soirée.

De l'amitié à l'amour il n'y a parfois qu'un pas, mais d'amour nous en recherchons qu'un. Cette quête du Graal, qui me fascine tant, revêt le plus souvent les habits de la priorité absolue parmi les quatre préceptes mis ici en avant. Pour certains, il s'agit d'une simple expression de nos gênes primitifs de reproduction, pour d'autres, cela apparait comme l'aboutissement de l'existence humaine. Pourtant, quelle énergie dépensée au travers de cette recherche de l'autre et de la construction d'un projet commun ! Quels stratagèmes et réflexions engagées dans ce seul but !

Je resterais sans doute encore longtemps fasciné par les tenants et les aboutissements de cette lutte acharnée qu'est l'amour et la séduction. Sur cette recherche de la certitude absolue de faire les bons choix, alors que l'incertitude n'est plus que jamais de rigueur dans ce domaine.

Enfin, la famille, car tout commence et tout se termine sur cette dernière valeur souvent négligée, mais toujours retrouvée. Cette certitude qui pousse vers l'ingratitude afin de voler vers d'autres incertitudes. Celle où l'on peut se retrouver pour oublier tout le reste et ne garder que l'essentiel.

Je jongle à quatre balles pour constater, en fin de compte, la très bonne stabilité du trépied.


[07/04 15h35] Diaboloman :

En tant que jongleur, je peux t'affirmer que la jongle à quatre balles n'a pas de rythme, c'est très hasardeux, tandis que la jongle à 3 balles ou même 5 balles est bien plus stable...


[10/04 00h51] Félinette :

Sentant les prémices d'une petite baisse de moral, j'ai cherché du réconfort sur le net,histoire de me dire que je suis pas la seule à avoir parfois le bourdon...et de célibataire déséspérée je suis passée à étudiante érasmus comblée...tel est le pouvoir des mots, surtout pour ceux qui savent les utiliser aussi bien que toi!Bon courage pour le jonglage...
PS:en 3ans les irlandaises n'ont pas changées, toujours micro-tenues pour sortir et leurs talons aiguillent défient toujours les lois de l'équilibre sur les pavées de Temple bar!


[11/04 13h11] Loic :

En effet il est bien difficile de tout concilier, il y a toujours un parti qui se sent laiser par rapport aux trois autres.

l'image du jongleur me plait assez tout comme celle de l'équilibriste ...



[12/04 19h13] macha :

Nous sommes tous dans le même cas. Pour ma part je jongle aussi entre plusieurs choses essentielles...
Belle image que celle du jongleur !
Toujours un plaisir de lire ton blog :=)


[16/04 15h55] wilou :

Tu considères les 4 éléments comme distinctes, mais si tu prends le parti de croire que des interactions sont possibles, voir des fusions alors tu peux peut être remarquer que le tout est parfois symbiotique.

Par exemple tu peux concilier amitié et famille, amitié et boulot ...

Par contre je te déconseille d'essayer amour et boulot et pire amour et famille ;)


[02/05 23h09] marie :

que dire face à ces mots qui ne paraîtra pas ridicule?comme l'ordinaire paraît alors extraordinaire...il y a des gens qui ont le don de magnifier toutes ces petites choses qui composent notre existence et que si peu de gens remarquent.la vie nous offre de très beaux moments par de cruels détours, mais si l'égoïsme, la paresse, l'orgueil et nos autres défauts nous laissent voir à travers des yeux neufs chaque jour, peut être pourra t on gouter à ce plaisir de vivre l'extraordinaire qu'est la vie ordinaire.merci de me le rappeler, j'ai tendance à l'oublier par moments...je retourne à la lecture de ces souvenirs qui ne sont pas les miens mais qui me ressemblent.


[31/05 22h10] mélanco :

Reste à connaitre le pied amputé qui a disparu du nouveau trepied ...
See you tomorrow


[16/06 15h44] Julie :

Moi aussi j'ai parfois du mal à jongler et encore j'ai la chance que mes balles ne se cognent pas entre elles...parce que sinon les balles tombent les une après les autres...

Bravo pour ton blog j'aime toujours autant lire tes billets.


[26/06 15h17] panapa :

Tu as tout à fait raison... Et il est en plus impossible de jongler à 4 balles.


[03/09 20h49] plumlalune :

c'est terrible par chez toi!j'ai l'impression de lire ce que je pourrais ecrire!!erasmus a Bradford en 2003-2004 j'ai aussi eu le cafard en revenant de mon reve!je pense aussi a kurt cobain et au comaudor64(sais p'us l'crire)..j'ai les boules de ne pas trouver des guili guilis dans mon lit du dimanche matin alors je bois et je bois et j'imbibe ma carcasse...c'est trop agréable de te lire et en meme temps ca met la p'tite larme a l'oeil alors que ca fait 6mois que je scande"je vais trop bien!!"...ben non..force est de constater qu'il manque un truc et qu'on cherche après piteusement.;en s'accrochant a n'importe quel espoir..mais c'est jamais le bon...j'espere te voir par chez moi! a pluch'*


Pseudo :
Email : (N'apparaitra pas sur le site)
Web :http:// 
Commentaire :
CAPTCHA Image
 = (en lettres, sans espaces, mais avec tiret -)
Se souvenir de moi :
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
42039 pages vues sur ce post.
Page générée en 0.885 s s - 13 requêtes SQL (0.738 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1