Post-Eire - Tendre malentendu
Blog
 monotonie   amour   séduction   mon blog   Red Box   travail   alcool   Erasmus   écriture   liberté   Irlande   scolarité   photos   Médias   calendar   post-synchro   constitution européenne   vacances   enseignant   passeport   anniversaire   télévision   personnage   coeur d'expatriation   grève   préparation d'expatriation   célibat   Dublin   mal du pays   Matrix   soirée   Blogs Lyonnais   Irak   musique   humour   Prague   langue anglaise   bus   stage   romance de vie   cinéma   foot   Madrid   tristesse   Noël   fin d'expatriation   Paris   nostalgie   rupture   Lyon   bush   Le Mouv'   8 décembre   sexe   fin de vie étudiante   voyage   loose   Île de la réunion   souvenirs   The Darkness   sida   couple   Freebox   optimisme   femmes   amphi   rapports humains   brevets logiciels   St Patrick   retour d'expatriation   famille   blogosphère   cadeaux   self control   politique   geek   bonheur   rugby   moment de vie   europe   futur   ambition   paroles   interview   dos    exs   parfum   influence   #echoes 
<< suivants

Mercredi 10 Mai

categories Tendre malentendu [19h49] Tendre malentendu

/images/robe.pngVirginie ouvre un œil. Elle met quelques secondes à réaliser qu'il est Dimanche, et que non elle n'ira pas travailler aujourd'hui.

Ses volets ne sont jamais fermés, elle adore être doucement réveillée par la lumière du jour. Il lui suffit de tourner la tête pour s'apercevoir que, comme prévu, le temps est maussade aujourd'hui. Mais ceci ne viendra pas perturber ses plans, non, elle se lève et se prépare un thé bien chaud pour se donner du courage.

Un peu plus d'une heure plus tard, après une douche et une longue hésitation devant sa garde robe afin de trouver la tenue offrant le meilleur rapport météo/jolie/envie, Virginie est dehors. La température est agréable, et elle ne regrette pas d'avoir finalement opté pour cette jolie robe rouge...

Elle arrive enfin au musée. Des semaines qu'elle voulait voir cette exposition temporaire, elle est presque fière d'elle d'avoir pu trouver le temps d'y aller.

Au hasard d'une salle, elle croise un couple, et constate vexée que la fille porte une robe identique à la sienne. Elle regrette d'avoir passé autant de temps pour si peu d'originalité.

Elle observe discrètement le couple avec jalousie. Lui a l'air si attentionné, ils discutent sur les œuvres, échangent leur point de vue, leur complicité ne fait aucun doute, alors qu'elle, elle est toute seule dans ce musée, sans personne pour l'accompagner. Tout en soupirant face à cette injustice, elle s'éclipse dans la salle suivante, essayant de balayer ces idées noires en se concentrant sur l'exposition.

Elle était en passe de réussir ce transfert lors, soudain, un bras vint glisser le long de sa taille. Elle ne sut pourquoi, mais elle comprit tout de suite ce qu'il se passait. Elle ferma les yeux. Deux mains se posaient maintenant sur ses hanches. La nonchalance de ce contact la fit frissonner de plaisir car il y avait dans ces gestes quelque chose de tendre et de machinal qui ne peut se construire qu'après de longues années de vie commune. Les mains venaient maintenant de se rejoindre sur son ventre lorsqu'elle sentit la chaleur de tout un corps se rapprocher d'elle. Puis vint ce baiser, à vrai dire incomplet, juste un début d'esquisse de baiser sur le sommet de son crâne, à la racine de ses cheveux, mais qui lui parcouru l'échine.

Tout c'était passé très vite, une seconde tout au plus, mais juste au moment de l'accomplissement de ce baiser, le corps derrière elle sursauta. Elle ressentit le relâchement brusque de l'étreinte comme un déchirement.

- "Excusez-moi, je suis désolé", balbutia le jeune homme troublé.

- "Ce n'est rien", lui répondit Virginie, sans doute avec un sourire niais.

Il partit gêné rejoindre la réelle destinatrice de cet acte de tendresse dans la salle d'à coté.

Virginie resta un moment là, sans bouger, ne sachant pas trop quoi faire, et dans l’impossibilité de se concentrer à présent sur ce qu’elle était en train de lire. Elle se dirigea donc vers la sortie, en se sentant si stupide d'être à ce point perturbée par un acte anodin.

En partant elle recroisa le couple. L'homme lui adressa un regard discret et embarrassé. Elle rentra chez elle, se jeta sur le canapé, et sans trop savoir pourquoi, se mit à pleurer.

:: commentaires(13) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
13885 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.453 s s - 12 requtes SQL (0.361 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1