Post-Eire - Murder on the dance floor.
Blog
 optimisme   rugby   photos   mon blog   amour   Médias   voyage   constitution européenne   fin d'expatriation   stage   musique   interview   vacances   dos   tristesse   cadeaux   langue anglaise   bus   séduction   parfum   Red Box   famille   Paris   bonheur   romance de vie   Lyon   self control   soirée   politique   influence   passeport   liberté   préparation d'expatriation    exs   écriture   Le Mouv'   sida   grève   célibat   travail   bush   brevets logiciels   fin de vie étudiante   #echoes   sexe   humour   St Patrick   Irak   geek   mal du pays   monotonie   souvenirs   anniversaire   couple   rapports humains   Irlande   8 décembre   scolarité   femmes   personnage   Madrid   The Darkness   paroles   retour d'expatriation   loose   Erasmus   coeur d'expatriation   Freebox   Blogs Lyonnais   alcool   calendar   Noël   amphi   rupture   europe   Matrix   enseignant   nostalgie   télévision   moment de vie   Dublin   cinéma   post-synchro   Île de la réunion   blogosphère   foot   ambition   Prague   futur 
<< suivants

Samedi 08 Octobre

categories Murder on the dance floor. [12h58] Murder on the dance floor.

/images/shoes.pngFrançois est le 5ème de la bande. Même s'il est sans doute le plus distant. Toujours par monts et par vaux, toujours à squatter dans la dernière boite branchée du moment. Il est une tête connue des nuits parisiennes. Depuis le temps, il ne peut aller nul part sans croiser un visage familier, une amitié d'alcoolique, ou une ex.

Enfin quand il dit ex, il pense à une nana avec qui il a partagé la nuit. De petits moments éphémères, parfois amenés à se reproduire mais pas trop longtemps, ni trop souvent. Il n'aime pas quand elles s'attachent, ça devient malsain.

Depuis toutes ces années, il a affiné son jeu de séduction. Il en connaît très bien les mécanismes. Il sait qu'au travers du regard de l'autre on se juge soi-même, on apprend à se rassurer et à savoir de quoi on est capable. Au début, il s'intéressait à ces nanas discrètes et jolies. Souvent inexpérimentées, il les couvait et les protégeait d'avantage qu'un réel échange. Ennuyeux. Alors il est passé à autre chose.

Progressivement, il a cherché d'avantage de compétition. Des jeunes femmes mignonnes avec un caractère bien trempé. Un réel challenge, une vraie compétition, il devait s'y prendre à plusieurs fois pour percer leur carapace. Mais une fois qu'elles s'abandonnaient afin à lui, il retrouvait ses mêmes petits êtres qui avait tant besoin de lui, tant besoin d'être rassurés.

Alors il a passé le cap. Il s'est rapproché de ces stars de la nuit, ces icônes des podiums. Ces filles dont il n'aurait jamais pensé s'approcher plusieurs années auparavant tant elles l'impressionnaient. Mais maintenant, il a pris de l'assurance, il connait le jeu du regard et du corps de la piste de danse. Ce jeu muet et sensuel, si facile comparé aux éternelles sorties restau et ciné des autres approches. Quand il arrive à concrétiser ses nuits avec l'une de ces divas modernes, il est toujours surpris de voir, qu'au contraire des autres, elles ne profitent pas de ces moments privilégiés pour baisser la garde, pour s'abandonner à lui, non, elles continuent leur show, elles se sont convaincues que leur propre plaisir passait au travers de celui de l'autre.

Ce genre de relations lui allait à ravir. Ne pas se poser de questions, des nuits torrides, un ego flatté, sans lendemain. Plus de questions existentielles et de coups de fil en pleine nuit d'une ex larmoyante. Il se sentait bien.

Et puis, un matin, sans prévenir, il eu cette petite boule dans le ventre. Elle lui avait dit qu'elle s'appelait 'Zara', même si ça sonnait un peu trop stéréotypé pour être honnête. Il ne sut trop pourquoi, alors qu'il était à moitié assis dans son lit, avec comme seul vêtement le drap stratégiquement disposé sur lui, quand il l'a vu se rhabiller, mettre sa veste, lui adresser un baiser sur le front et franchir la porte, il reçut une rafale d'images de tous ces petits moments qu'il avait passé avec elle la veille. Elle était belle. Non, cette fois il le savait, il ne voulait pas en rester là.

Il la rattrapa in extremis devant la porte de l'ascenseur. Essayant de bloquer avec son coude le drap, qui sauvait sa dignité vis à vis de sa voisine en train de l'observer au judas, il réussi à noter le numéro de téléphone de la miss.

Il pu la revoir, plusieurs semaines de suite, il construisit avec elle une complicité faite de petites choses partagées. Il se raccrochait inconsciemment à chaque petit détail pour créer un petit cocon. Elle le faisait rire. Pour la première fois de sa vie, il avait envie de la rassurer, mais elle ne semblait pas en avoir besoin. Il était bien, leur jeu de séduction augmentait de façon linéaire, au fur et à mesure qu'ils apprenaient à se connaître.

Puis un jour, sans crier garde, alors qu'il s'était encore accroché la veille à plusieurs détails qui ne trompaient pas sur les sentiments partagés de la demoiselle, elle ne lui rendit plus rien. Elle devint monosyllabique, et la petite bulle de leur cocon commença à se dégonfler. Il eu beau essayer de souffler, elle était passé à autre chose, et une demie-bulle, ça tient pas longtemps.

Alors il n'eut plus goût à rien, lui, François le fort, le beau-gosse, l'homme de la nuit, compris qu'une période était finie. Il pensait traîner encore les mêmes boites en lunettes de soleil, à 40 ans et rouler en décapotable. Il n'en sera rien. Il avait maintenant envie d'un petit bout de femme à rassurer et à aimer, sans piste de danse.

:: commentaire(1) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
16220 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.467 s s - 12 requtes SQL (0.374 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1