Post-Eire - La drogue de l'autre.
Blog
 rugby   amour   grève   constitution européenne   interview   scolarité   cinéma   bush   bonheur   amphi   Madrid   Noël   soirée   écriture   ambition   femmes   Blogs Lyonnais   anniversaire   blogosphère   dos   télévision   paroles   couple   retour d'expatriation   Lyon   rupture   enseignant   stage   The Darkness   célibat   mal du pays    exs   langue anglaise   Le Mouv'   brevets logiciels   séduction   europe   influence   musique   St Patrick   rapports humains   voyage   moment de vie   travail   mon blog   Dublin   préparation d'expatriation   self control   Irak   fin d'expatriation   sexe   Île de la réunion   romance de vie   humour   fin de vie étudiante   politique   foot   famille   Paris   Médias   liberté   bus   monotonie   personnage   loose   Matrix   Erasmus   souvenirs   vacances   Prague   8 décembre   post-synchro   photos   parfum   passeport   Irlande   futur   cadeaux   optimisme   calendar   #echoes   coeur d'expatriation   Red Box   nostalgie   Freebox   geek   sida   tristesse   alcool 
<< suivants

Jeudi 29 Septembre

categories La drogue de l'autre. [14h56] La drogue de l'autre.

/images/envie.pngDans chaque début de commencement d'un début de pseudo relation, quelle soit fantasmée ou réelle, il y a cette petite boule dans le ventre. En fait pas exactement dans le ventre, légèrement plus haut presque au niveau du coeur, mais bien centrée.

Cette petite boule qui fait perdre la tête, qui fait mal, qui rend jaloux, qui rend heureux, qui fait pleurer et qui fait parfois aimer. Cette même petite boule qu'on a tant de mal à gérer quand elle arrive pour la première fois, celle qui fait apparaître des visages de l'autre un peu partout, celle qu'on prend souvent à tort pour de l'amour, celle qui peut rendre fou et qui peut mener à des actes irraisonnés.

Elle n'est bien souvent que le principal symptôme d'un sentiment de manque, d'une attirance physique, d'une complicité perdue ou voulue, mais elle est intrinsèquement liée au syndrome de la nouveauté ou du renouveau. Et de ce fait, je la considère comme une drogue dure avec les mêmes mécanismes : On a beau savoir que ça ne sert à rien et qu'on en tirera rien de nouveau, on court après le premier trip sans jamais pouvoir l'atteindre.

Qui n'a jamais eu la nostalgie de ses premières tentatives amoureuses ? Celles qui vous font rentrer chez vous en vous répétant inlassablement que nous n'êtes qu'une merde ne n'avoir pas eu le courage de lui faire votre déclaration. C'était des moments durs et cruels à vivre au présent, qui perturbaient les nuits et les jours. Mais malgré tout, la nostalgie existe belle et bien.

Et le pire, c'est que plus l'autre vous résiste, plus ce sentiment prend possession de vous, de vos actes et de vos principes.

Serions-nous maso ?

:: commentaires(2) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
9588 pages vues sur ce post.
Page générée en 0.390 s s - 12 requêtes SQL (0.265 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1