Post-Eire - Oeuf givré.
Blog
 Madrid   Île de la réunion   célibat   langue anglaise   souvenirs   europe   retour d'expatriation   8 décembre   personnage   sida   post-synchro   préparation d'expatriation   télévision   Blogs Lyonnais   mon blog   dos   futur   amour   self control   #echoes   scolarité   liberté   vacances    exs   bonheur   cadeaux   Red Box   St Patrick   Erasmus   voyage   tristesse   loose   couple   Matrix   famille   Dublin   Le Mouv'   bus   alcool   blogosphère   parfum   moment de vie   brevets logiciels   Lyon   fin d'expatriation   Paris   constitution européenne   politique   amphi   Irak   Freebox   séduction   rugby   mal du pays   cinéma   geek   Prague   Noël   foot   romance de vie   sexe   grève   soirée   musique   coeur d'expatriation   ambition   monotonie   photos   rupture   bush   anniversaire   passeport   influence   optimisme   calendar   Médias   enseignant   stage   humour   The Darkness   femmes   paroles   interview   fin de vie étudiante   Irlande   écriture   rapports humains   nostalgie   travail 
<< suivants

Mercredi 21 Septembre

categories Oeuf givré. [00h01] Oeuf givré.

/images/oeuf.pngJ'ai une crainte dans ma vie, c'est de me laisser enfermer à mon propre piège. Bloqué dans la cage que je me suis construite. Je ne sais pas s'il existe des gens qui peuvent supporter la solitude à long terme sereinement, mais ce dont je suis sûr c'est que je ne suis absolument pas fait pour ça.

J'ai besoin de vivre, de courir, de pédaler, de voyager, de parler, de rencontrer, d'observer, de partager, de toucher, de sentir, de caresser, de goûter, de douter, de penser, d'agir, d'être et d'avoir. J'ai besoin de tout ça, mais les rails sur lesquelles je suis posé ne me permettent pas toujours de le faire dans les mêmes proportions que je le voudrais.

Je ne peux plus rester seul dans mon appartement, au risque de m'y perdre et de trop penser. La solitude fait penser et se poser des questions qu'on ne voudrait pas se poser. J'ai besoin de voir du monde tel un leurre sur ma propre existence. Alors j'appelle, je vois, je rencontre, je parle, je partage mais pas autant que j'ai à donner.

Alors le reste, cette énergie non dépensée vers l'extérieur se retourne contre moi le soir, seul dans ce lit que personne n'a pu réchauffer et sans personne à réchauffer. Ce rabe, ce surplus alimente cette petite boule d'interrogation, ces envies de tour du monde et cette vie d'excès. La pellicule solide de la raison retient pour l'instant le liquide fluorescent de la folie douce.

Mais au bruit, j’ai l’impression qu’elle se fend…

:: commentaires(5) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
9838 pages vues sur ce post.
Page gnre en 0.450 s s - 12 requtes SQL (0.357 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1