Post-Eire - La pilule brésilienne.
Blog
 rapports humains   amour   Médias   langue anglaise   calendar   mal du pays   loose   sida   humour   retour d'expatriation   anniversaire   séduction   fin d'expatriation   préparation d'expatriation   monotonie   cinéma   passeport   blogosphère   influence   Lyon    exs   futur   parfum   nostalgie   #echoes   travail   bush   rugby   vacances   self control   brevets logiciels   famille   constitution européenne   liberté   Red Box   tristesse   couple   The Darkness   dos   amphi   célibat   Freebox   personnage   paroles   rupture   musique   souvenirs   Île de la réunion   femmes   voyage   post-synchro   Blogs Lyonnais   grève   soirée   europe   bus   stage   Noël   alcool   St Patrick   foot   mon blog   bonheur   8 décembre   coeur d'expatriation   Irak   télévision   fin de vie étudiante   écriture   enseignant   Irlande   Prague   interview   Paris   Madrid   Le Mouv'   Erasmus   romance de vie   cadeaux   geek   scolarité   ambition   sexe   moment de vie   Dublin   Matrix   optimisme   photos   politique 
<< suivants

Mardi 01 Juin

categories La pilule brésilienne. [15h32] La pilule brésilienne.

/images/pill_plane.pngH-48 - 1h (GMT-4)
Ses doigts de pieds se crispent, une boule de plaisir part de son bas ventre pour exploser sous sa boîte cranienne. Il vient de jouïr. Mon Dieu que c'est bon. Il la regarde, elle sourit, il a du mal a réaliser. Il ne sait pas trop comment tout cela est arrivé mais c'est indéniable maintenant. Ils sont là tous les deux dans sa petite chambre universitaire de l'université de Rio de Janeiro.

Bientôt huit mois qu'il est arrivé au Brésil pour une année d'échange universitaire. Il l'a connu dès les premières soirées, mais elle lui a rapidement parlé de son copain qui l'attend en France. Alors il a flirté avec d'autres, à droite à gauche, il s'est bien amusé, il mordu à pleines dents dans cette année loin de chez lui. Son célibat de plusieurs années a été balayé en quelques semaines.

Mais lorsqu'elle s'est rapprochée de lui, qu'elle lui a avoué qu'elle était jalouse, il n'a pas pu résister, il s'est laissé tenter. La soirée alcoolisée d'hier a sans doute aidé à tout cela, mais nul doute qu'ils avaient tous les deux bu dans ce même objectif.

"Merci", vient-elle de lui murmurer à l'oreille. Il ne comprend pas trop pourquoi elle le remercie, mais il sourit. Il l'embrasse furtivement, puis essaye de se retirer avec dignité pour ôter ce bout de latex qu'il a eu tant de mal à enfiler.

"Ho merde !".

La capote n'a servit à rien, imperméabilité nulle, déchirure totale.

H-38 - 11h (GMT-4)
Ils ont pourtout eu beaucoup de présence d'esprit, mais ça n'a servit à rien. Lorsqu'elle lui a dit qu'elle avait arrêté la pilule depuis plusieurs mois, il a senti l'angoisse monter. Lorsqu'elle a réalisé qu'elle était en plein milieu de son cycle, ils se sont rapidement habillés.

Mais rien n'y fait. Aucune possibilité d'obtenir une pilule du lendemain. Avec leur portugais hésitant et leurs grosses lacunes en vocabulaire médical simple, ils ont compris que les seules possibilités d'obtenir cette contraception d'urgence s'effrondaient avec leur status d'étranger. Et ce, malgré la gentillesse et la compassion de la dernière pharmacienne rencontrée.

Elle fond en larmes, elle lui décrit les pires scénarios catastrophes, et finit par lui dire qu'elle n'a aucune intention de quitter son copain en France, et qu'une grossesse serait une catastrophe familliale et scolaire pour elle.

Il n'en mène pas large non plus, mais cette pression sur ses épaules lui fait trouver une solution imparable, géniale. Un déclic. Il lui explique, elle séche ses larmes, elle y croit.

H-33 - 21h (GMT+1)
Jeannot est heureux. A poil dans sa salle de bains il se prépare pour sa soirée. Il ne connait pas trop le type qui fête son anniversaire, il s'est même un peu incrusté, mais bon, un 150m² dans le XVIème, c'est pas comme s'il allait déranger.

Surtout qu'il sait qui il y verra : en plus de la bande habituelle, Maud sera sans doute là. Belle jeune femme rousse, nulle doute qu'elle lui a fait du rentre dedans l'autre soir... même si elle en a un peu fait à tout le monde. Mais cette fois, il ne laissera pas passer sa chance. Il va chercher son shit d'ailleurs pour se donner du courage.

"1 nouveau message". Il n'a pas entendu son téléphone sonner sous la douche : "C sam, rappelle moi au + vite stp.très urgent.c la cata ici!!".

Putain, il est déjà en retard et il faut qu'il appelle son pote d'enfance au Brésil maintenant. Il fait chier Sam.

Pendant qu'il cherche sa carte prépayée 'low fares' d'une main, il se met un coup de déo de l'autre...

H-31 - 23h (GMT+1)
Jeannot a la rage. Il a perdu plus d'une demie-heure en scooter à chercher cette connerie de pharmacie de garde. Le coup de fil à Sam a ruiné sa soirée. Au lieu de ça il se retrouve à courir dans les couloirs de Roissy afin de trouver la porte d'embarquement du prochain vol pour Rio. Sam a toujours été plus doué dans les études que lui, et il n'y qu'un connard comme lui pour trouver des plans aussi tordus pour pourrir la soirée des gens : Trouver un passeur à l'aéroport pour qu'il puisse récupérer sa pilule du lendemain dans 12h.

Parce qu'évidemment, non content d'abandonner son pote à Paris pendant un an pour se barrer à l'autre bout du monde, faut encore que bibi sauve ses plans-baise foireux.

Il arrive trop tard, il a pourtant speedé comme un malade, mais le message sur les écrans de Roissy est clair : "Embarquement fermé". Il demande à droite à gauche la destination des gens, mais personne pour Rio, il rentre. Il envoye un texto d'echec à Sam, et tente de calculer s'il a encore le temps de passer à la soirée. Un plan baise, même foireux il dirait pas non le Jeannot ce soir. En plus il a une pilule dans son sac...

H-22 - 5h (GMT-4)
Elle est à bout de nerf. Elle est en train de passer en revue sur Internet les avions qui pourraient encore la sauver. Quelle conne. Elle s'en veut à mort : tromper son mec avec le premier venu, elle est bien punie. En plus, ce type est totalement irresponsable, il argumente sur des probabilités gynécologiques alors qu'il sait à peine comment tout cela fonctionne. Sa seule bonne idée a été de penser au coup du passeur, il a juste fallu qu'il ait un empafé de pote pas foutu d'arriver à l'heure à l'aéroport...

Bingo, elle a son vol. Sa dernière chance. Un autre avion décolle dans 5 heures de Paris - Charles de Gaulle.

H-19 - 13h (GMT+1)
Pour la deuxième fois en moins de 12heures, Jeannot est à l'aéroport. Cette fois-çi il est dans les temps, même un peu en avance. Il observe les passagers pour proposer son colis spécial à une bonne tête. Mais pour l'instant il ne croise que des couples du troisième âge. Il tente tout de même sa chance.

Refus. Poli, mais on lui fait comprendre que la confiance n'y est pas. Il réessaye. Refus. Moins poli cette fois. Il retente. Ignorance. Il insiste. Agaçement. Il commence à se faire remarquer par les types de la sécurité.

Il aperçoit une hôtesse, il y va au culot. Elle prend bien le bon avion, il lui explique la situation. C'est une jeune femme, elle semble compatir. Elle hésite, elle demande à voir la boîte. Puis arrive ce stewart. D'un ton autain il demande ce qu'il se passe, elle lui explique en deux mots. Il baragouine une phrase sur vigi-pirate, et conseille fortement à l'hôtesse de refuser. Elle fait une moue d'excuse et passe le portique avec l'autre connard.

Les passagers sont presque tous passés. Un second vol se mélange alors à la fil d'embarquement. Il se fait discret, il retente sa chance. Refus encore. Dépité, il s'éloigne et retourne à l'enregistrement. Au cas où.

A coté du guichet, une jeune fille attend. Guide du routard qui dépasse du sac à dos bondé, cheveux en bataille, salopette de voyage. L'adolescente routarde typique. Il s'approche d'elle, lui explique. Elle sourit, elle est d'accord mais, un gros mais, elle n'a qu'un billet ouvert. Elle ne sera qu'au dernier moment si elle peut prendre ce vol.

Il s'en fout, il n'a plus le courage de chercher quelqu'un d'autre. Ca sera elle ou ça ne sera personne. Il l'invite à prendre un café. Dans une heure ils seront fixés.

H-17 - 15h (GMT+1)
Il reste une place, elle se dépéche. Il lui explique rapidement les modalités à l'arrivée. Elle file. Il remonte sur son scooter, met son walkman, il est heureux. Il n'a pas vu Maud hier, mais il s'en fout. Il sort son téléphone : "Mission de l'agent Jeannot réussie.Le colis arrivera dans 12h à Rio.Elle est blonde,elle a une salopette bleue,elle est belle.Bon courage ma poule,n'hesite pas si t'as encore des plans foireux de ce genre.++".

[Cette histoire est absolument réelle et s'est déroulée il y a quelques semaines. Seuls les lieux et les personnes ont été changés afin de conserver leur anonymat.]

:: commentaires(86) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
76891 pages vues sur ce post.
Page générée en 0.549 s s - 12 requêtes SQL (0.397 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1