Post-Eire -  exs
Blog
 tristesse   Madrid   Lyon   Irlande   influence   grève   personnage   moment de vie   anniversaire   Irak   Dublin   blogosphère   musique   écriture   amour   photos   scolarité   liberté   dos   8 décembre   Erasmus   fin de vie étudiante   foot   Noël   humour   monotonie   Paris   Red Box   passeport   séduction   bonheur   interview   stage   mal du pays   The Darkness   loose   calendar   amphi   ambition   optimisme   cadeaux   post-synchro   politique   bush   retour d'expatriation   St Patrick   vacances   fin d'expatriation   constitution européenne   self control   rapports humains   sida   Matrix   rugby   geek   préparation d'expatriation   célibat   Île de la réunion   enseignant   Blogs Lyonnais   parfum   Médias   femmes   rupture   paroles   Prague   #echoes   travail   brevets logiciels   futur   couple   langue anglaise   souvenirs   alcool   coeur d'expatriation    exs   cinéma   Le Mouv'   nostalgie   télévision   soirée   romance de vie   voyage   sexe   mon blog   bus   europe   Freebox   famille 

2 posts pour la cat�gorie ' exs'

<< suivants

Vendredi 14 Octobre

categories Approche, je ne m'enfuirai pas. [11h16] Approche, je ne m'enfuirai pas.

/images/flirt.pngComme prévu, il est un peu en retard. Juste quelques minutes, parce qu'il ne voulait pas qu'elle attende trop longtemps, mais il ne voulait pas non plus montrer qu'il n'avait rien d'autre à faire de sa journée.

Il la reconnaît tout de suite. Elle a changé, elle s'est coupée les cheveux, mais elle est toujours aussi belle. Il s'approche, elle lui sourit. Il guette tous les signes qui pourraient trahir ses impressions: il la trouve sincère, elle n'a pas l'air de cacher une quelconque déception.

Elle se lève, le sourire toujours imprimé sur son visage, elle se penche vers lui, tend sa joue, tout en approchant la main vers son épaule. Bises. Premier contact. Elle sent bon. Sa main traîne un peu sur son épaule et glisse le long de son bras. Détail qui ne trompe pas. Il frissonne.

Il s'assoit, s'excuse par politesse et lui demande comment elle trouve le restaurant. Il a choisit, elle ne connaissait pas, elle aime bien. Il sourit.

S'en suivent diverses conversations anodines entrecoupées par les interventions du serveur. Il fait tout pour aiguiller les discussions vers le seul sujet qui l'intéresse : Est-elle célibataire ? Il essaye de trouver des indices dans son discours, mais il ne trouve rien de bien concluant, juste quelques signes par-ci par-là. Il se jette à l'eau. Elle est toute seule, "pour le moment" précise t-elle. Il lui confirme tout autant son célibat non-désespéré. Il se trouve bête, quelle idée d'avoir posé cette question, pourquoi serait-elle là ce soir s'il en avait été autrement ?

Les bases sont claires dorénavant, le coin du voile tombe, ils se mettent à parler d'eux, d'avant. Ils partagent leurs souvenirs, elle se souvient de choses qu'il avait oubliées, il sourit, les souvenirs se font alors plus précis, plus intimes. Malaise.

L'alcool aidant, il commence à sentir une légère excitation. Son parfum, son sourire, son charme, ces souvenirs partagés, il a envie d'elle. Il approche nonchalamment sa main de la sienne. Contact. Accélération cardiaque. Elle continue de parler. Il caresse alors imperceptiblement le dos de sa main. Poussée d'adrénaline. Elle lui sourit. Elle prend sa main dans la sienne. Addition.

Ils sont dans la rue, il parle, elle le regarde avec envie. Milieu de phrase, elle le plaque contre la vitrine et l'embrasse. Elle se recule, elle sourit. "Tu viens boire un verre à la maison ?", dit-il avec une fausse naïveté.

A peine arrivés, ils ne prennent pas le temps de boire un verre, ils sont déjà nus dans son lit. C'est bien le problème avec les exs, on connaît l'autre par coeur, on connaît ses réactions, les automatismes reviennent très vite, on ne se pose pas de question. A la différence d'une histoire neuve, pas de paliers, pas de découverte de l'autre, les étapes s'enchaînent avec une régularité qui le surprend lui même.

C'était bon, elle est toujours aussi belle et toujours aussi douée. Il s'allonge, elle se blottit contre son épaule. Malaise. Et maintenant ?

:: commentaires(2) ::

Lundi 02 Mai

categories La cruauté est un vilain défaut. [23h42] La cruauté est un vilain défaut.

/images/laisse.jpgRomain est un ami d'enfance de Thomas. Ils se connaissent depuis longtemps, pourtant leurs 25 dernières années ont été bien différentes. Romain, ce n'est pas Brad Pitt, mais il a ce petit quelque chose qui lui permet d'avoir une vie sentimentale et sexuelle dans la moyenne de sa génération. Son seul problème, si toutefois cela peut-être considéré comme un problème, c'est qu'il se débrouille toujours pour s'embourber dans des relations de plusieurs années avec des partenaires qui ne devaient être que des "coups d'un soir". C'est étrange, mais c'est comme ça.

D'ailleurs, à l'issue d'une soirée bien arrosée, il habite avec Angéline depuis 7 mois maintenant, dans un charmant petit appartement. Une petite vie tranquille, rythmée aux 35 heures de son poste de technicien système et réseaux au service financier de La Poste, à deux pas de chez lui. Son seul soucis actuellement c'est Gispy, la chienne Berger-Allemand d'Angeline qu'il doit sortir les Lundi et Jeudi soir, quand mademoiselle est à son cours de step.

Depuis quelques semaines, sortie de nul part, son ex hante pourtant ses journées. Après s'être incrustée dans ses rêves, puis dans ses pensées durant ses courts trajets jusqu'au boulot, voilà qu'il repense de plus en plus souvent à elle. Ho, ce n'est pas de la nostalgie loin de là, il n'a aucune envie de la revoir, encore moins de recontruire quelque chose, mais juste de la curiosité. Qu'est-elle devenue après leur si tumultueuse rupture ? Il la revoie encore, à la fenêtre du 6ème étage de son HLM, en pleine nuit, le mascara strié sur ses joues, cherchant entre deux sanglots la force d'hurler une nouvelle fois le prénom de se salaud qui venait de la larguer et qui s'éloignait en rasant les murs; ce salaud qui lui avait fait espérer monts et merveilles pendant des mois; cet enfoiré dont elle était follement amoureuse, comme jamais elle ne l'avait été; ce type ignoble; ce Romain.

Il n'était pas fier de cette rupture, mais pas honteux pour autant. Auprès de ses proches, il batissait sa fausse déculpabilité sur le caractère trempé aux origines italiennes de son ex. Les injures et les indélicatesses qui avaient suivi n'étaient que les conséquences de ce sale caractère. Oubliant au passage ses propres infidélités, ces anniversaires ratés pour cause de soirées foot, cet égoïsme permanent maintes et maintes fois pardonné grâce à l'amour aveugle qu'elle lui portait.

Tout ceci, c'était il y a presque un an. Que fait-elle maintenant ? L'a-t-elle oublié ? Son petit orgueil de mec, a encore envie d'être caressé dans le sens du poil. Il retrouve alors son email, et se fend d'un petit mail, où il oublie malencontreusement de lui évoquer sa situation actuelle, voir même où il sous-entend presque un célibatat de longue date. Il y ajoute quelques "tu me manques" à lire entre les lignes, et réussit le tour de passe d'y soupoudrer quelques excuses. Bref le parfait petit mail à mi chemin entre la neutre et asexuée prise de nouvelles annuelle, et la déclaration enflammée.

Evidemment il fait mouche. Il jette même de l'huile sur les braises, puisque ce mail perturbera les jours et les nuits de sa destinatrice, brisant même par effet d'escalade le fragile couple qu'elle formait depuis quelques semaines avec un garçon plein de promesses. Un petit mail de rien du tout qui relance pour quelques mois encore l'affreuse machine de la souffrance et de l'auto-destruction chez cette charmante petite brune qui avait mis tant de temps pour se remettre de sa rupture. Mais, ne voyant que ce qu'elle rêvait depuis un an, elle répondit avec toute sa franchise, sa joie éphèmére et son amour ravivé, ignorant que cette déclaration n'aura aucune réponse, ni dans une semaine, ni dans un mois.

Romain était juste curieux, pas en manque. Maintenant qu'il sait il aura juste ce petit rictus nerveux d'auto-satisfaction orgueilleuse lors de la prochaine sortie de Gipsy.

:: commentaires(2) ::
précédents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page générée en 0.189 s s - 14 requêtes SQL (0.022 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1