Post-Eire - maquillage
Blog
 self control   tristesse   Freebox    exs   célibat   sexe   parfum   séduction   loose   The Darkness   interview   scolarité   télévision   bus   mal du pays   amphi   Lyon   St Patrick   voyage   famille   soirée   Erasmus   Madrid   couple   influence   musique   rupture   foot   cinéma   Blogs Lyonnais   sida   humour   langue anglaise   geek   paroles   écriture   optimisme   stage   Prague   bush   retour d'expatriation   constitution européenne   fin de vie étudiante   futur   post-synchro   dos   bonheur   amour   rugby   Matrix   anniversaire   politique   souvenirs   préparation d'expatriation   liberté   europe   photos   Noël   femmes   passeport   travail   romance de vie   Red Box   alcool   calendar   mon blog   cadeaux   brevets logiciels   personnage   blogosphère   grève   #echoes   Le Mouv'   8 décembre   Médias   rapports humains   vacances   Paris   ambition   Irak   Irlande   enseignant   fin d'expatriation   Île de la réunion   coeur d'expatriation   Dublin   moment de vie   monotonie   nostalgie 

1 posts pour la cat�gorie 'maquillage'

<< suivants

Dimanche 02 Avril

categories Coton rond. [22h48] Coton rond.

/images/mascara.pngLa plupart des femmes autour de moi ont le plus souvent usé de divers atouts dans leur jeu de séduction, du plus simple au moins économique. Quels que soient ces artifices, de la plus petite nuée de parfum bon marché au plus cher des mascaras volumisateurs, ils sont éphémères, car presque toujours, le même manége, ce morceau de coton qui vient mettre fin à ces amplificateurs d'atouts physiques.

Elle observe alors son reflet soigneusement se transformer en clown triste, le mascara étalé l'espace d'un instant sur les joues où la couche de fond de teint laisse réapparaitre les impuretés d'une peau qui a vécu les guerres de l'acnée juvenile et de la varicelle infantile.

J'ai toujours trouvé ce moment triste et amer, comme un révélateur de fin de soirée manquée puisque en cas de rencontre fortuite, la pause démaquillage est bien souvent oubliée : "Tant pis pour ses oreillers, il n'avait pas qu'à m'inviter boire un verre."

Et pourtant, de tous ces artifices, il y en est un qui me fait plus d'effets que tous les autres, un qui me rassure, me renvoyant aux baisers de bonne nuit de ma mère dans ma plus tendre enfance, ou des premières nuits à attendre fébrilement dans un lit vide qu'une demoiselle morte de trouille ressorte gênée en nuisette de la salle de bain. C'est l'odeur du lait démaquillant.

:: commentaires(8) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page gnre en 0.145 s s - 13 requtes SQL (0.034 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1