Post-Eire
Blog
 mal du pays   rapports humains   voyage   amphi   stage   bush   Paris   #echoes   optimisme   interview   Île de la réunion   souvenirs   europe   paroles   romance de vie   scolarité   self control   moment de vie   personnage   photos   futur   Lyon   préparation d'expatriation   séduction   grève   foot   sexe   loose   vacances   rupture   famille   Red Box   Médias   mon blog   Prague   nostalgie   Noël   liberté   écriture   politique   anniversaire   influence   fin d'expatriation   Le Mouv'   alcool   célibat   geek   fin de vie étudiante   St Patrick   The Darkness   Erasmus   enseignant   monotonie   cadeaux   sida   Matrix   dos   calendar   langue anglaise   musique   couple   Irlande   coeur d'expatriation   constitution européenne   passeport   8 décembre   rugby   Freebox   post-synchro   cinéma   brevets logiciels   amour   télévision   travail   tristesse   humour   Dublin   femmes   parfum   Blogs Lyonnais   soirée    exs   Irak   blogosphère   bus   bonheur   ambition   Madrid   retour d'expatriation 
<< suivants

Samedi 08 Octobre

categories Murder on the dance floor. [12h58] Murder on the dance floor.

/images/shoes.pngFranois est le 5me de la bande. Mme s'il est sans doute le plus distant. Toujours par monts et par vaux, toujours squatter dans la dernire boite branche du moment. Il est une tte connue des nuits parisiennes. Depuis le temps, il ne peut aller nul part sans croiser un visage familier, une amiti d'alcoolique, ou une ex.

Enfin quand il dit ex, il pense une nana avec qui il a partag la nuit. De petits moments phmres, parfois amens se reproduire mais pas trop longtemps, ni trop souvent. Il n'aime pas quand elles s'attachent, a devient malsain.

Depuis toutes ces annes, il a affin son jeu de sduction. Il en connat trs bien les mcanismes. Il sait qu'au travers du regard de l'autre on se juge soi-mme, on apprend se rassurer et savoir de quoi on est capable. Au dbut, il s'intressait ces nanas discrtes et jolies. Souvent inexprimentes, il les couvait et les protgeait d'avantage qu'un rel change. Ennuyeux. Alors il est pass autre chose.

Progressivement, il a cherch d'avantage de comptition. Des jeunes femmes mignonnes avec un caractre bien tremp. Un rel challenge, une vraie comptition, il devait s'y prendre plusieurs fois pour percer leur carapace. Mais une fois qu'elles s'abandonnaient afin lui, il retrouvait ses mmes petits tres qui avait tant besoin de lui, tant besoin d'tre rassurs.

Alors il a pass le cap. Il s'est rapproch de ces stars de la nuit, ces icnes des podiums. Ces filles dont il n'aurait jamais pens s'approcher plusieurs annes auparavant tant elles l'impressionnaient. Mais maintenant, il a pris de l'assurance, il connait le jeu du regard et du corps de la piste de danse. Ce jeu muet et sensuel, si facile compar aux ternelles sorties restau et cin des autres approches. Quand il arrive concrtiser ses nuits avec l'une de ces divas modernes, il est toujours surpris de voir, qu'au contraire des autres, elles ne profitent pas de ces moments privilgis pour baisser la garde, pour s'abandonner lui, non, elles continuent leur show, elles se sont convaincues que leur propre plaisir passait au travers de celui de l'autre.

Ce genre de relations lui allait ravir. Ne pas se poser de questions, des nuits torrides, un ego flatt, sans lendemain. Plus de questions existentielles et de coups de fil en pleine nuit d'une ex larmoyante. Il se sentait bien.

Et puis, un matin, sans prvenir, il eu cette petite boule dans le ventre. Elle lui avait dit qu'elle s'appelait 'Zara', mme si a sonnait un peu trop strotyp pour tre honnte. Il ne sut trop pourquoi, alors qu'il tait moiti assis dans son lit, avec comme seul vtement le drap stratgiquement dispos sur lui, quand il l'a vu se rhabiller, mettre sa veste, lui adresser un baiser sur le front et franchir la porte, il reut une rafale d'images de tous ces petits moments qu'il avait pass avec elle la veille. Elle tait belle. Non, cette fois il le savait, il ne voulait pas en rester l.

Il la rattrapa in extremis devant la porte de l'ascenseur. Essayant de bloquer avec son coude le drap, qui sauvait sa dignit vis vis de sa voisine en train de l'observer au judas, il russi noter le numro de tlphone de la miss.

Il pu la revoir, plusieurs semaines de suite, il construisit avec elle une complicit faite de petites choses partages. Il se raccrochait inconsciemment chaque petit dtail pour crer un petit cocon. Elle le faisait rire. Pour la premire fois de sa vie, il avait envie de la rassurer, mais elle ne semblait pas en avoir besoin. Il tait bien, leur jeu de sduction augmentait de faon linaire, au fur et mesure qu'ils apprenaient se connatre.

Puis un jour, sans crier garde, alors qu'il s'tait encore accroch la veille plusieurs dtails qui ne trompaient pas sur les sentiments partags de la demoiselle, elle ne lui rendit plus rien. Elle devint monosyllabique, et la petite bulle de leur cocon commena se dgonfler. Il eu beau essayer de souffler, elle tait pass autre chose, et une demie-bulle, a tient pas longtemps.

Alors il n'eut plus got rien, lui, Franois le fort, le beau-gosse, l'homme de la nuit, compris qu'une priode tait finie. Il pensait traner encore les mmes boites en lunettes de soleil, 40 ans et rouler en dcapotable. Il n'en sera rien. Il avait maintenant envie d'un petit bout de femme rassurer et aimer, sans piste de danse.

:: commentaire(1) ::

Jeudi 06 Octobre

categories Ce qu'on ne trouve pas sur XXL. [08h26] Ce qu'on ne trouve pas sur XXL.

/images/cou.pngOn rsume souvent tort la frustration du clibataire une frustration purement sexuelle. Mais on ne parle pas des batailles de chatouilles le dimanche matin sur le lit, des fous rires sous la douche, des heures refaire le monde, d'une tte sur l'paule, des larmes de crocodile, des regards qui troublent, des odeurs juste l dans le creu du cou, des mains qui serrent fort devant le thriller du vendredi soir, des bouderies pour mieux se rconcilier, des mains dans les cheveux, de celui qui arrivera le premier au bout de la rue, du parapluie trop petit pour protger de l'averse, et de tous ces petits gestes qu'on remarque peine.

Sauf quand ils ne sont plus l.

:: commentaires(2) ::

Mercredi 05 Octobre

categories Tiens regardes, a, a va l... [11h51] Tiens regardes, a, a va l...

/images/lego.pngY'a des jours o tout va de travers. O vous vous rptez inlassablement toute la journe que vous auriez mieux fait de rester au lit. Les nouvelles tombent les une aprs les autres, et vous achvent toutes un peu plus. Des jours o la petite boule dans le ventre des journes looses fait son apparition.

Et puis, comme a, sans prvenir le destin vous sourit, il vous fait un beau sourire, un joli clin d'oeil, vous offre une petite mousse en bonne compagnie, et vous apporte toutes les solutions sur un plateau. Tout s'embote alors magnifiquement bien dans votre esprit, tout devient clair.

J'aime bien quand la vie est simple comme un lego.

:: commentaire(1) ::

Mardi 04 Octobre

categories Poutre de paille. [11h28] Poutre de paille.

/images/tresses.pngUn des dfis du quotidien c'est de grer ses diffrents tats d'esprit avec leur lot de paradoxes. En effet, vu que nous ne pouvons pas renier aujourd'hui les propos d'hier tenus en public, il faut les adapter la situation actuelle mme si les deux peuvent tre en totale contradiction.

Mise part une bonne vieille dose de schizophrnie, il faut donc jongler et lisser tous nos propos et toutes nos actions. Parfois il faut forcer un peu, faire un peu de dni, ou prier pour que quelques personnes oublient certains de vos dlires nocturnes. Un vrai challenge.

Je me dis parfois que tout serait plus simple si l'on pouvait faire abstraction de certaines choses, mettre entre des parenthses permables certains moments privilgis de notre vie, mme si ils sont en dsaccord avec nos dires a et l. Ou mme carrment faire croiser et alterner deux manires d'tre sans qu'elles ne dteignent l'une sur l'autre.

La plupart des gens arrivent ainsi s'auto-grer la limite du ddoublement de personnalit. Mais trangement, il est beaucoup plus difficile de tolrer les mmes mcanismes chez autrui. L'exclusivit est flatteuse pour l'go, mais absurde en dehors d'un contexte fusionnel.

Pourquoi ne pas prendre uniquement ce que les autres ont vous donner ? Pourquoi ne pas garder ces soires privilgies, ces sourires, ces clins d'oeil, ces dlires, ces regards, ces complicits pour soi ? Pourquoi tout balayer d'un revers de main au moindre paradoxe ? J'ai la navet de croire la sincrit de ces moments et la btise de penser que s'ils se produisent une fois, un soir, un week-end, plusieurs annes, c'est qu'il pourront se reproduire, si le contexte le permet, un autre moment, parenthses ou pas parenthses.

:: commentaire(0) ::

Jeudi 29 Septembre

categories La drogue de l'autre. [14h56] La drogue de l'autre.

/images/envie.pngDans chaque dbut de commencement d'un dbut de pseudo relation, quelle soit fantasme ou relle, il y a cette petite boule dans le ventre. En fait pas exactement dans le ventre, lgrement plus haut presque au niveau du coeur, mais bien centre.

Cette petite boule qui fait perdre la tte, qui fait mal, qui rend jaloux, qui rend heureux, qui fait pleurer et qui fait parfois aimer. Cette mme petite boule qu'on a tant de mal grer quand elle arrive pour la premire fois, celle qui fait apparatre des visages de l'autre un peu partout, celle qu'on prend souvent tort pour de l'amour, celle qui peut rendre fou et qui peut mener des actes irraisonns.

Elle n'est bien souvent que le principal symptme d'un sentiment de manque, d'une attirance physique, d'une complicit perdue ou voulue, mais elle est intrinsquement lie au syndrome de la nouveaut ou du renouveau. Et de ce fait, je la considre comme une drogue dure avec les mmes mcanismes : On a beau savoir que a ne sert rien et qu'on en tirera rien de nouveau, on court aprs le premier trip sans jamais pouvoir l'atteindre.

Qui n'a jamais eu la nostalgie de ses premires tentatives amoureuses ? Celles qui vous font rentrer chez vous en vous rptant inlassablement que nous n'tes qu'une merde ne n'avoir pas eu le courage de lui faire votre dclaration. C'tait des moments durs et cruels vivre au prsent, qui perturbaient les nuits et les jours. Mais malgr tout, la nostalgie existe belle et bien.

Et le pire, c'est que plus l'autre vous rsiste, plus ce sentiment prend possession de vous, de vos actes et de vos principes.

Serions-nous maso ?

:: commentaires(2) ::
categories Ceci n'est pas un post de geek... [12h04] Ceci n'est pas un post de geek...

.. a concerne tout le monde. Ou presque.

Lisez, dduisez, et faites tourner. Surtout si vous voulez continuer utiliser votre Ipod ou votre Freebox...

:: commentaire(0) ::

Mercredi 28 Septembre

categories Piques-assiettes brches. [11h00] Piques-assiettes brches.

/images/picsou.pngJ'ai un problme avec les pingres, les radins et les avares. Dans mon esprit leur place est tout prs de celle des voleurs. Cela doit sans doute tre directement li au fait que je n'arrive absolument pas comprendre leur logique. Ou pire, que j'ai peur de comprendre l'gosme absolu qui amne pourrir une soire parce que l'on refuse de lcher les 95 centimes d'euro qui sparent le prix au dtail de la division euclidienne simple du total. Ou demander de ramener les 2 canettes de bires qu'il reste du pack de 6 que l'on a apport. Ou encore plus gnralement, compter, pinailler, rechigner, etc...

Je me demande parfois, dans certains cas extrmes quelle est la part de calcul volontaire et de nonchalance nave ? Quels sont les mcanismes qui poussent profiter et grappiller le maximum autour de soi, sans rien vouloir rendre en retour ? Je ne parle pas ici des cas extrmes de difficults financires, mais bien d'un comportement au quotidien. Mme s'il arrive parfois que la frontire soit trouble tant cette excuse est utilise comme prtexte tous les abus.

Face de tels comportements, souvent je souris, parfois je m'agace, quelques fois je m'nerve, mais je n'ai pas encore eu le courage d'affronter le radin entre 4 yeux, le pousser au fond de ses retranchements. Sans doute parce que je sais d'avance qu'une telle discussion serait vaine. Alors je laisse faire, trouvant la situation bien souvent d'avantage pathtique qu'autre chose.

Mais tout de mme, quelle prtention de penser que l'on n'a pas besoin des autres. Quel affront que de mettre la priorit sur un pourcentage de son patrimoine plutt que dans la relation avec les autres !

En fait voil, poussons la logique du radin l'extrme : Vaut-il rester tout seul avec son fric entass ou investir un 1% de ses revenus dans des erreurs d'arrondis et autres avantages en nature laisss chez autrui ?

Ces aberrations comportementales sont un mystre pour moi. J'espre un jour mettre prcisment le doigt sur cette logique qui m'chappe pour peut-tre pouvoir viter l'ulcre.

:: commentaires(7) ::

Lundi 26 Septembre

categories Un petit tour... [23h59] Un petit tour...

En fait, Paris, a a du bon parfois ...

:: commentaire(1) ::
categories Acte manqu. [16h36] Acte manqu.

/images/chute.pngCe qui est rageant avec les petits checs ou honte de la vie quotidienne c'est l'instantan que les tmoins de votre loose retiendront de vous, puisque les occasions de vous rattraper ou de vous en sortir plus ou moins la tte haute se font le plus gnralement trs rares. C'est logique, presque trop humain, nous gnralisons. Nous avons une facilit dconcertante mettre les gens dans des petites cases, et ainsi s'attacher la moindre de leurs faiblesses.

Si ajout tout cela, il se trouve que cet alas est imprvisible, unique voir trs loin de vos convictions propres, ou pire encore qu'il vous est dj arriv de vous moquer d'autrui en pareilles circontances, on obtient un clin d'oeil de la fatalit cruel mais peut-tre mrit.

Alors vous acceptez cette fatalit avec humour, vous souriez, haussez les paules, et vous vous moquez de vous-mme, un peu.

Non, en fait le plus rageant dans ces petites looses de la vie quotienne c'est lorsqu'elles entranent avec vous d'autres personnes qui s'en seraient bien passes. Et l vous ne pouvez que sourire btement en tentant tant bien que mal de vous rattraper aux branches qui craquent malheureusement sous votre poids.

Note pour plus tard : Penser au rgime.

:: commentaire(1) ::

Vendredi 23 Septembre

categories Humainement influenable. [14h18] Humainement influenable.

/images/evil.pngLes rapports humains me fascinent. Je dois passer plusieurs heures par semaines analyser ce qu'il se passe autour de moi en essayant de comprendre et d'anticiper les comportements qui m'entourent. Parfois je tombe juste, parfois je me vautre royalement. Mais une chose est sre, je commence me connatre un tant soit peu et anticiper mes propres ractions.

Cependant, ce qui me chagrine le plus c'est de ne pas pouvoir les contrler. Je m'analyse sans pouvoir intervenir sur mes propres dcisions. Mme si je sais que tel ou tel comportement pourra m'tre prjudiciable, je ne peux tre que spectateur de certaines de mes actions. Le chemin entre la prise de conscience de certains de mes automatismes et leurs modifications semblent bien tortueux.

Je n'ai aucune notion en psychologie ou autres tudes comportementales. Je ne me base uniquement sur l'empirisme de mes constatations. Il se trouve juste que je suis dpendant de mes motions et de mes sentiments, et que certains semblent incontrlables, malgr tout le recul et la dcortication que je peux leur apporter.

Parfois a m'effraye d'tre ce point le pantin de choses que je ne peux diriger, mais il est tout de mme rassurant de ne pas tre fait que de froide raison.

:: commentaire(1) ::
prcdents >>
Valid HTML 4.01!
Valid CSS!
Page gnre en 0.093 s s - 21 requtes SQL (0 s).
Powered by Kitof's PhpBlogLib v0.3.1